1 mois / 1 date – Printemps du livre de Montaigu

1 mois 1 date

Bonjour bonjour,

Alors oui … vous allez me dire que ce n’est pas vraiment une date marquante de l’histoire du livre, et vous avez raison.
« Non mais, Lorena, le salon a eu lieu en avril et on est en mai » … Là encore, vous avez raison! Lire la suite

Publicités

1 Mois / 1 Date : Le droit d’auteur

Bonjour bonjour!!

Avec le mouvement #PayeTonAuteur pour le salon du livre de Paris, j’ai eu envie de m’intéresser à la genèse du droit d’auteur: quand est-il apparu? Dans quelles conditions ? Comment a-t-il évolué?

Avant le XVIIIème siècleD81_(04)

Jusque là, la création artistique repose sur les ressources personnelles de l’auteur ou sur un système de mécénat. Etre imprimé et diffusé représente un honneur et accroît la notoriété. Ainsi, le prix de vente du livre représente uniquement le travail de l’imprimeur, l’auteur n’ayant pas d’intérêt financier dans le commerce de ses œuvres. En bref, l’auteur ne touche rien sur la vente de son oeuvre, exceptée une somme forfaitaire de la part de l’éditeur-libraire qui achète son manuscrit.

On peut dire que l’origine de la « part patrimoniale » du droit d’auteur est liée aux monarques européens qui attribuent des lettres patentes (équivalent de nos décrets modernes) qui confèrent à leur bénéficiaire un monopole sur une activité économique spécifique. Plusieurs auteurs et imprimeurs en auraient bénéficié à l’époque pour des ouvrages particuliers.

En Angleterre, le Licensing Act de 1662 donne le monopole de l’édition anglaise à la Worshipful Company of Stationers and Newspaper Makers de Londres qui doit, en contrepartie, contrôler la moralité des écrits. En pratique, un nombre important d’éditeurs se sont unis sous cette bannière et ont mis en place un système interne de droits, rendu général par la situation de monopole. C’est l’émergence de l’idée qu’il faut rémunérer les auteurs. Lire la suite

#1 Mois / 1 Date – L’encyclopédie

Bonjour bonjour,

J’ai hésité … longtemps … à décaler cet article et en publier un sur #payetonhauteur, le hashtag qui tourne en ce moment sur twitter et qui concerne le salon du livre de Paris, car cette situation me met hors de moi! Mais d’autres l’ont déjà fait, bien mieux que je ne le ferais, et tout a plus ou moins été dit sur twitter. Je vous invite à aller faire un tour sur le hashtag si vous n’y êtes pas encore allé!

On se retrouve donc pour le #1mois/1date qui est consacré,  pour ce mois de mars, à l’Encyclopédie. Bonne lecture et découverte!!

1 mois 1 date

Quelques chiffres

30 ans
28 volumes
2 000 auteurs (Diderot, Voltaire, Rousseau, Montesquieu …)
4 200 exemplaires des 2 premiers volumes tirés à son lancement

Le projet

Diderot

Diderot

En 1745, Le Breton, libraire, souhaite traduire en français l’Encyclopaedia de Chambers, un dictionnaire illustré de sciences paru en 1728 en Angleterre. Sans succès seul, il en parle à Diderot qui, conquit par le projet, veut même aller plus loin et créer « un tableau général des efforts de l’esprit humain dans tous les genres et dans tous les siècles. » Son titre final, l’Encyclopédie, est d’ailleurs dérivé d’une expression grecque désignant les sciences destinées à être enseignées.

 

 

Après s’être associé avec Jean Le Ron d’Alembert, un mathématicien, il soumet le projet en 1750 afin d’attirer des souscripteurs potentiels. 2 000 personnes répondent à l’appel et ils obtiennent le soutien de Malesherbes, directeur de la Librairie et chargé de censure, et de Mme de Pompadour, maîtresse du roi Louis XV … ce qui leur sera utile plus d’une fois.

Mais, l’Encyclopédie, c’es quoi exactement ? 

Encyclopedie.jpgSon titre initial était Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Arts, des Sciences et des Métiers. L’objectif est de vulgariser les sciences et connaissances nouvelles dans de nombreux domaines: maths, sciences naturelles, arts, lettres, langues, droit … Elle est aussi un catalogue exhaustif du savoir artisanal, Diderot ayant souhaité mettre en avant l’artisanat et pas seulement les sciences. Enfin, l’ouvrage, sans être révolutionnaire car ce n’est pas son but, met en valeur les erreurs et les limites du régime en place et soutient la philosophie des Lumières: liberté et tolérance, entre autres.

Au final, c’es un recueil de 28 volumes: 17 volumes en lettres et 11 volumes de planches illustrées.

Un parcours semé d’embûches

De la parution du premier volume au dernier, le parcours de l’Encyclopédie n’a pas été simple: critiques et censure ont marqué son développement.

Condamnée au feu par les évêques, les deux premiers volumes sont sauvés par l’action de Mme de Pompadour et de Malesherbes qui font lever l’interdiction de publication.

En 1757, elle est vivement critiquée par la religion catholique qu lui reproche d’être une machine de guerre anti-Eglise.

En 1759,sous un prétexte légèrement obscur, le Conseil d’Etat ordonne l’interdiction de l’Encyclopédie et exige que Diderot rembourse tous les souscripteurs. Mme de Pompadour et Malesherbes réussiront à lui éviter une ruine certaine … mais ne pourront rien pour faire autoriser de nouveau l’ouvrage.

Elle a de nombreux défauts, erreurs, approximations … D’Alembert disait même: « c’est un habit d’arlequin où il y a quelques morceaux de bonne étoffe et trop de haillons ».

Aussi, étonnant que cela puisse paraître car il y a écrit des articles, Rousseau a critiqué l’Encyclopédie … ou plutôt le Discours préliminaire de d’Alembert. Ce dernier ayant évoqué des « mœurs austères de la société calviniste », ce qui ne lui avait pas plu.

Et après …?

D’Alembert ayant renoncé, Diderot publie les 10 derniers volumes clandestinement entre 175 et 1772. Des dernières planches illustrées seront publiées plus tard, en  1772, mais sans Diderot.

En faisant mes recherches pour cet article, je me suis rendue compte que les professeurs ne s’attardent pas trop sur cette question au collège/lycée … Oui, l’Encyclopédie de Diderot, on en entend parler, mais dans mes souvenirs (oui, parce que ça remonte un peu avouons-le), c’est très rapide et presque superflu … Alors que c’est le début d’un chamboulement historique, les connaissances accessibles à tous, et éditorial. C’est un changement majeur qui a toute son importance pour dans la suite de notre Histoire, je trouve dommage de le survoler comme cela.

Lorena

 

1 Mois / 1 Date – La bibliothèque bleue et le chapbook

Bonjour bonjour!

Comme  annoncé la semaine dernière, j’ai interverti mes 2 premières publications du mois pour ne pas bâcler le »1 mois / 1 date » de février. On se retrouve donc aujourd’hui avec une nouvelle édition. En janvier, on avait parlé de l’invention de l’imprimerie, aujourd’hui on va parler des premières formes de littérature populaire en France et en Angleterre. C’est parti!

1 mois 1 date

Lire la suite

1 Mois/1 Date: 1454: Invention de l’imprimerie

Bonjour bonjour,

En cette nouvelle année 2018, je vais introduire 2 nouveaux rendez-vous sur le blog, dont celui-ci tous les premiers mercredi du mois. Je reviendrai sur le deuxième rendez-vous la semaine prochaine 🙂

Alors, 1 mois/1 date c’est quoi? Tout simplement un article sur un évènement marquant de l’Histoire du livre, de l’impression, de l’édition, des prix littéraires, des sorties livresques … bref de tout ce qui tourne autour de l’univers du livre. Ca peut ne pas être une date précise mais une période donnée, certaines « révolutions » se sont étalées sur plusieurs siècles. Parce qu’on parle de nos livres, de nos lectures, de ce qu’on a aimé ou pas… mais on ne parle jamais de ce qui a fait que nous pouvons tenir ces petits bijoux entre nos mains aujourd’hui. Donc, je me suis dis que cela pourrait être intéressant, un peu de culture générale est toujours le bienvenue 🙂

J’ai déjà prévu tous les thèmes de l’année mais cette liste n’est ni fixe, ni exhaustive, donc s’il y a des sujets qui vous intéresse, n’hésitez pas à me le dire en commentaires.

De même, si ce rendez-vous vous intéresses, n’hésitez pas à le reprendre pour vos blogs avec vos propres idées, vos propres thèmes, plus on est de fou, plus on rit 🙂

1 mois 1 date

Lire la suite