1 Mois / 1 Date – La bibliothèque bleue et le chapbook

Bonjour bonjour!

Comme  annoncé la semaine dernière, j’ai interverti mes 2 premières publications du mois pour ne pas bâcler le »1 mois / 1 date » de février. On se retrouve donc aujourd’hui avec une nouvelle édition. En janvier, on avait parlé de l’invention de l’imprimerie, aujourd’hui on va parler des premières formes de littérature populaire en France et en Angleterre. C’est parti!

1 mois 1 date

La Bibliothèque Bleue

Boschverloren

Le Colporteur – Jérôme Bosch (Musée Boijmans Van Beuningen)

Apparue en France au début du XVIIème siècle, elle est une forme éditoriale nouvelle caractérisée par un petit format (type brochure), une couverture de papier couleur bleu-gris et un papier de qualité médiocre. Cette couleur vaudra d’ailleurs à ces brochures le surnom de « Livres bleus ».
La vente de ces brochures se fait par colportage, c’est-à-dire par des vendeurs ambulants allant de villages en villages. Cela a permis de popularisé le format et de le faire connaître dans le pays.

 

Huon-de-BordeauxAu début du XVIII, la famille de Jean Oudot qui inventa cette nouvelle forme d’impression, avec la famille de Claude Garnier alors imprimeur du roi reprennent le fonds de catalogue des imprimeurs lyonnais et parisiens. Un des premiers récits imprimés fut celui de Ogier le Danois, un récit de chevalerie. Les héritiers des 2 familles continuèrent le travail de leurs aînés; un des plus grands succès fut sans doute Huon-de-Bordeaux imprimée par la veuve Oudot en 1720.

« Jamais elle ne renferme aucune impureté ni rien de contraire aux lois sacrées de la morale et de la religion : toujours le crime est puni, la vertu récompensée »

Ces petites brochures de quelques pages sont des récits populaires, des histoires d’inspirations religieuses, des contes, des histoires de chevalerie, de la poésie ou encore des informations pratique sur les périodes de récoltes … Bref, tout ça est varié et accessible à tout le monde contrairement aux livres de l’époque. Et si elles sont accessibles au plus grand nombre c’est que ce sont des rééditions remaniées par les imprimeurs eux-mêmes afin de simplifier le contenu. A partir de 1701, en revanche, on va assister à la mort de cette littérature de colportage suite à plusieurs arrêtés limitant, voire interdisant, les réimpressions de livres sans autorisations. Malgré la présence dans son catalogue des contes de Perrault, Oudot fermera ses portes vers 1760 suivi des Garnier en 1830.

Le Chapbook

L’équivalent de la Bibliothèque Bleue en Angleterre est le chapbook. Plus illustré que son homologue français, il apparaît, lui, dès la fin du XVIème siècle et restera populaire jusqu’à la moitié du XIXème. Sa disparition s’explique par le développement des journaux bon marché en Angleterre et par les sociétés religieuses écossaises qui les considérait comme impies. Son nom vient de « chapmen » qui désignait les colporteurs à l’époque.

260px-Blunderbore.png

Illustration d’un chapbook représentant le géant Blunderbore, tirée de Jack le tueur de géants, vers 1820

Contes folkloriques ou abrégés de grands classiques illustrés, l’impression des chapbooks n’étaient pas des plus lisibles ni de la meilleure qualité, à tel point qu’on réutilisait les feuillets comme emballage, pour la cuisine, ou encore comme papier hygiénique. Harry B. Weiss, auteur de Book about Chapbooks disait à propos de ces petites brochures:

« L’impression en était dans bien des cas exécrable, le papier plus encore, les gravures sur bois servant d’illustrations — dont certaines étaient utilisées pour divers contes sans se soucier de leur adéquation — étaient parfois pires que papier et impression réunis. »

Petite anecdote, on estime aujourd’hui, au vu des collections existantes, que 80% des chansons folkloriques anglaises se retrouvent dans des ballades imprimées sous forme de chapbook. Aujourd’hui, en Angleterre, on retrouve l’équivalent du petit format populaire sous la forme de paperback (couverture souple), quand le hardcover (couverture en dur) est plutôt l’héritier des éditions autrefois reliées, destinées aux gens fortunés.

N’hésitez pas à réagir en commentaires!

Lorena

 

Publicités

2 réflexions sur “1 Mois / 1 Date – La bibliothèque bleue et le chapbook

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s